Rencontre entre le patron d’AVOB et les start-up du Booster de So Digital

 -  - 


Olivier Sudan, Directeur général d’AVOB , l’entreprise boulonnaise spécialiste de l’optimisation énergétique, a partagé son expérience avec les start-up du Booster de So Digital, lors d’une rencontre organisée pour conseiller les jeunes pousses dans leurs premiers pas.

L’une des grandes caractéristiques du Booster de So Digital, le programme d’accélérateur des start-up de Grand Paris Seine Ouest, est l’implication des acteurs locaux. Outre les ateliers thématiques nécessaires au développement de l’entreprise, des rencontres avec des chefs d’entreprise sont organisées pour partager bonnes pratiques et bons plans. Fondée en 2009, AVOB est une jeune entreprise francilienne qui est aujourd’hui le leader français de l’efficacité énergétique des parcs informatiques (postes de travail, éléments réseaux, téléphonie etc.) et un précurseur dans l’univers du bâtiment intelligent et connecté (pilotage centralisé et automatique de petits et moyens bâtiments, optimisation de l’énergie et de la maintenance des grands parcs immobiliers, gestion des ressentis des utilisateurs etc.). L’ADN de la société repose sur l’innovation et la recherche permanente de solutions d’optimisation énergétique simples d’utilisation, rapides à installer, génératrices d’économies et centrées sur l’utilisateur final, son confort et sa productivité. Elle compte parmi ses clients La Présidence de la République Française, de grands groupes tels que Les Mousquetaires, Bolloré, AG2R La Mondiale Réunica, BPCE ou encore GECINA , tous ont choisi les solutions Energy Saver pour réduire de manière significative leur consommation et leur empreinte carbone.

Dans ses échanges avec les start-up du Booster de So Digital, Olivier Sudan qui dirige une équipe de treize personnes, a insisté sur la nécessité de “bien structurer son discours et son offre commerciale pour mieux cibler ses clients et ne pas s’éparpiller”. “Essayez de passer de l’autre côté de la table, dans la peau du client” a-t-il répété à plusieurs reprises. Du bon sens mais toujours un réflexe chez des entrepreneurs le nez dans le guidon, souvent convaincus que leur produit est le meilleur du monde. Il a également rappelé les trois critères souvent utilisés pour juger une start-up : “l’équipe, la technologie, le marché”.

comments icon 0 comments
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.